Comme la grande majorité d’entre vous, que de chemin j’ai parcouru, d’épreuves et d’obstacles j’ai due traverser pour devenir celle que je suis aujourd’hui… C’est remplit de l’amour de toutes ces expériences et en toute humilité que je partage avec vous les grandes lignes de mon parcours de  »messagère du monde de l’invisible » !

Qui je suis

Je suis d’abord et avant tout la mère de sept enfants (six vivants) et l’heureuse grand-maman de sept petits-enfants, du moins jusqu’à maintenant.  A travers mon rôle de mère j’ai expérimenté le coté de la mère naturelle et de la mère adoptive.   Je suis aussi l’épouse d’un camionneur.  Je suis la seule fille entre deux frères.  Jusqu’à maintenant rien d’extraordinaire et vous serez d’accord pour dire que je suis une personne bien ordinaire !  Pourtant, au quotidien, je fais un travail qui est pour moi « extra » ordinaire.

Comment j’ai découvert que j’étais une médium

Depuis aussi loin que je me souvienne cela était présent en moi.  J’ai longtemps cru que tout le monde avait cette faculté de ressentir les autres comme moi.  Probablement que plusieurs d’entre vous se reconnaitrez lorsque je dis que je faisais très attention à ce que je pensais, de peur que les autres le ressentent.

Toute petite, le soir venu, j’entendais, je percevais et ressentais des présences sans pouvoir les expliquer.  Ma mère m’a longtemps dit que je faisais des cauchemars.  Pourtant aujourd’hui je sais parfaitement que j’étais éveillé durant ces périodes.  Jamais je ne me suis douté que ceux que je percevais et qui me faisaient si peur dans ces moments-là, allaient un jour devenir ceux que j’appellent aujourd’hui affectueusement mes « amis » du monde de l’invisible.

Durant mon adolescence et le début de ma vie d’adulte j’ai continué de développer mes facultés mais étant donné que je semblais tellement différente des autres j’ai appris à faire taire tout ce que je pouvais ressentir et percevoir de peur de ne pas être perçue comme quelqu’un de normal.  Mais moi, en dedans, je ressentais tellement fort cette différence.  Ceux qui aujourd’hui me trouvent chanceuse de faire ce que je fais, je leur oui c’est vrai que je me sens privilégiée, je peux aussi ajouter que la route a parfois été très difficile en toutes sortes d’émotions.

L’élément déclencheur fut le décès de ma fille Julie en 1987.  Quelques années après son décès, environ 5 ou 6 années je ne sais plus trop, je me suis mise à avoir la faculté de recevoir des messages de personnes décédées, par le biais de l’écriture automatique.  Je pensais à ce moment là que je devenais folle car j’entendais des voix dans ma tête.  Reportez-vous a il y a plus de 20 ans et vous comprendrez facilement que de parler de communication avec les personnes décédées frôlait dangereusement la folie pour la grande partie des gens à ce moment là ! Longtemps, à la blague, lorsque je disais ce que je faisais, je rajoutais «je vais finir brulée sur le bûcher comme Jeanne D’Arc, car comme elle j’entais des voix, pis je vous le jure, je ne suis pas folle ». Cela faisait bien rire et dédramatisais un peu pour moi mon inconfort.  Lors d’un atelier de médiumnité avec la channeler britannique Lisa Williams, elle nommait justement cela en disant que dans les années 70/80 il y avait entre 75 et 80 pour cent des gens étaient septiques face aux communications avec l’au-delà et que maintenant il y avait 75 à 80 pour cent des gens qui y croient !  Une évolution remarquable qui fait en sorte que maintenant les personnes comme moi peuvent faire leur travail plus ouvertement.

Tu es quel genre de médium ?

La médiumnité regroupe plusieurs disciplines.  Celle dans lequel j’évolue ce nomme la « canalisation » ou encore « channeling ».  Pour moi ce ne sont que des termes qui essayent tant que faire se peut d’expliquer un travail sur lequel il est souvent difficile de mettre des mots.  Durant longtemps j’ai eu de la difficulté à dire que j’étais une médium, à cause que ce titre a longtemps été très péjoratif… il l’est encore souvent d’ailleurs.  J’ai la chance d’avoir une grande polyvalence dans ma faculté de canalisation. Ce qui me permet d’avoir accès à plusieurs différentes sources d’énergies et de vibrations selon les besoins et le travail à effecter.   Chaque médium est unique car nous avons tous quelque chose à apporter a partir de qui l’on est réellement.

 Que sont-elles, ces sources d’énergies ou de vibrations ?

D’abord ceux avec lesquelles je communique le plus souvent sont les personnes décédées qui ont commencé leur ascension dans leur nouvelle vie pour livrer des messages et répondre à vos interrogations. Je peux aussi avoir accès aux âmes errantes, mais, par choix, je laisse à d’autres comme Mme Anick Lapratte se spécialiser dans ce genre d’énergie.  Il y a les guides spirituels, anges gardiens, maîtres ascensionés, énergies divines pour aider ceux qui ont besoin de guidance dans leur vie.  Pour tout nos besoins de guérison physique ou émotionnel, il y a aussi des sources de guidance dans ces secteurs auquel je fais appel lors d’un travail énergétique sur une personne.

 Comment je reçois les messages ?

Ma façon de travailler a beaucoup évolué depuis les 25 dernières années.  Après y avoir travaillé fort, j’ai réussi par accepter que la vie est en éternel changement, qu’il n’y a pas d’absolu.  Perdre ses repairs peut être déstabilisant pour un temps mais pour ceux qui l’on déjà expérimenté, vous savez fort bien que cela ne dure qu’un temps.  Un de mes formateurs disait que « faire des changements, cela voulait vraiment dire « changer ».

Pour moi, maintenant, canaliser est aussi normal que de respirer. C’est un état d’être. Il n’y a qu’une différence dans mon état de conscience.

Durant plusieurs années j’ai reçu mes messages par ce que l’on appelle « l’écriture automatique ».  Je me souviens que durant les premières années de ma canalisation j’ai eu le besoin de me retrouver dans une ‘’transe profonde’’ et même d’avoir les yeux fermés.  Cet état me permettait de bien recevoir les messages sans laisser mes doutes prendre le dessus.  La première connexion que j’ai eue fut avec ma fille Julie qui est venue me dire d’arrêter de m’en faire, qu’elle allait bien.  Mon grand-père a aussi longtemps été mon phare, dans ce processus, afin de me rassurer.

Malheureusement à cette époque il n’y avait pas beaucoup d’aide pour des personnes comme moi, nous devions choisir d’embarquer dans la vague ou de rester cloué sur place.  Pas le choix de devenir autodidacte dans un processus encore tabou à l’époque.  Je comprends mieux maintenant le chemin par lequel j’ai dû passer et il me permet aujourd’hui d’offrir des formations afin de mieux guider les personnes qui désirent développer ou simplement explorer leur capacité.

 Aujourd’hui, je me sers encore d’une partie de l’écriture automatique mais j’ai appris à développer et à mettre à contribution tout mes autres sens.

     – clairvoyance : voir et recevoir des images mentales

     – clairsentie ou sensitif : ressentir à l’intérieur de mon corps les émotions, les douleurs et les malaises.

     – clairaudience : entendre des messages, des sons et des bruits

Tous mes sens sont maintenant mis à contribution lors de mes canalisations et cela peu importe les énergies contactées.

 Au plaisir de faire votre rencontre !